Le mouvement de solidarité avec Cuba aux États-Unis a publié dans l'édition du week-end du The New York Times l'appel suivant :

MISE A JOUR - Ce 27 septembre, l'ouragan Ian a frappé l'ouest de Cuba avec des vents de plus de 200 km/h. Dans son lent mouvement sur Pinar del Río - la province dont la capitale du même nom s’est littéralement retrouvée dans l'œil de l’ouragan -, Ian a causé des dégâts énormes aux habitations, à l'agriculture, aux réseaux électriques et téléphoniques et autres infrastructures. Les conséquences s'étendent à toute la partie occidentale du pays, atteignant même Santa Clara et Cienfuegos.

Les résultats provisoires à 14 h, heure belge, indiquent que près de 4 millions des près de 6 millions de votes exprimés (soit 69 %) sont en faveur de la nouvelle loi sur les familles. Il y a près de 8 millions d'électeurs et 74 % d’entre eux ont pris la peine de se rendre aux urnes, parfois contre vents et marées.

L'ancien fonctionnaire de la Maison Blanche d'Obama qui a négocié la réouverture des relations avec Cuba a vivement critiqué la politique cubaine du président Biden, en affirmant que son administration « trompe » La Havane en maintenant et même en élargissant les sanctions sévères imposées par son prédécesseur Donald Trump.

L'USAID (l'agence officielle étasunienne pour la « coopération au développement ») et des élus du PAN (un parti de droite « chrétien ») œuvrent de concert à la mise en place d’une grande campagne contre la présence de médecins cubains au Mexique, a révélé l'analyste politique Katu Arkonada.

Nous avons appris le 30 août la disparition de Camilo Guevara, mort inopinément. Camilo, qui venait de fêter ses 60 ans, était le fils aîné de Che Guevara. Il s'est rendu en Belgique à plusieurs reprises, notamment pour des activités organisées par Cubanismo, telles que Che Presente en 1998 et une conférence à l'ULB en 2007, 40 ans après l'assassinat du Che.

La nouvelle du terrible incendie de Matanzas a durement affecté la communauté cubaine de Belgique. Des contacts ont immédiatement été pris pour agir.

Le 5 août, un violent coup de foudre a provoqué un grave incendie dans un dépôt de pétrole à Matanzas, à Cuba. De fortes explosions ont suivi, et quatre grands réservoirs de pétrole ont pris feu. La situation est grave : actuellement, deux personnes sont mortes, 14 pompiers sont portés disparus, 20 personnes sont hospitalisées pour des brûlures graves, plus d'une centaine de personnes brûlées reçoivent des soins ambulatoires. 5000 personnes ont été évacuées de la zone. Ce n'est que le 11 août que l'incendie a été maîtrisé, avec l'aide d'équipes et d'équipements spécialisés venus du Mexique et du Venezuela.

Les Cubains ont clairement connu des jours meilleurs. La vie est très difficile pour tout le monde ces temps-ci. Nous avons contacté Aisa, Jo et Noël, certains de nos amis cubains et belges qui sont sur place, et leur avons demandé comment ils vivent la situation. Ils décrivent les faits, analysent les causes et expliquent comment les Cubains luttent pour s'en sortir. Notre solidarité est plus que jamais nécessaire.

Selon le bilan provisoire concernant les dégâts à La Havane, 61 glissements de terrain ont été signalés dans la capitale, à 18 heures, dont 60 partiels et un total, affectant neuf familles, soit 20 personnes au total.

Pages