Cuba perd Eusebio Leal, l'homme qui a restauré la splendeur de La Havane tout en prenant soin des Habaneros.

« Célébrons le fait qu'il a fait un merveilleux voyage dans la vie, trop court pour ceux d'entre nous qui l'ont aimé pour ce qu'il a accompli et pour ce qu'il était. Nous devons suivre ses traces dans le travail patient et infini de sauvetage du patrimoine de notre Cuba qu'il a tant aimé et auquel il a consacré sa vie », a déclaré (le 31/07/2020) le président Miguel Diaz-Canel qui a également annoncé un deuil officiel pour ce 1er août. En 2018 Cubanismo.be le rencontrait à Bruxelles (en photo avec Marc Vandepitte, group de pilotage et Isabelle Vanbrabant présidente de Cubanismo.be)

Eusebio Leal Spengler, l'historien de La Havane, décédé vendredi à l'âge de 77 ans, restera dans les mémoires de tous les Cubains pour son travail acharné de restauration et de redynamisation du beau centre historique de la capitale cubaine, un travail complexe auquel il a consacré plus de 40 ans et dont il a pu voir les résultats.

Dès que l'épidémie de COVID-19 sera maîtrisée, ses cendres pourront être saluées au Capitole de La Havane, ce bâtiment emblématique à la restauration duquel il a contribué.

Des titres tels que docteur en sciences historiques et maître en sciences archéologiques et en études latino-américaines et des caraïbes, directeur du musée de la ville et de l' Office of the Historian of Havana, ainsi que plusieurs titres de docteur Honoris Causa d'universités cubaines et étrangères, ont souligné son extraordinaire travail intellectuel de plusieurs décennies.

Loyal, respecté comme peu d'autres à Cuba et admiré pour ses magnifiques discours, dans lesquels il raconte, entre autres, sa jeunesse de séminariste catholique, il a accompagné d'innombrables visites de la vieille Havane - déclarée patrimoine mondial de l'UNESCO en 1982 - par des personnalités qui ont visité le pays.

AMBASSADEUR DU PATRIMOINE

Avec le président des États-Unis, Barack Obama, en 2016, et avec les rois d'Espagne, Felipe et Letizia, en novembre 2019, à l'occasion du 500ème anniversaire de la fondation de la ville, une étape importante a été célébrée dans un style qui, en quelque sorte a constitue le point d'orgue de l'œuvre de Leal.

Eusebio Leal était également un défenseur des liens culturels et académiques avec les États-Unis, malgré l'inimitié de longue date entre les gouvernements des deux pays.

Sa persévérance lui a permis de réaliser un de ses projets les plus passionnés en 2017, lorsque sous ses yeux la réplique de la statue équestre du héros national cubain José Martí (1853-1895), immortalisée par la sculptrice américaine Anna Huntington, qui se trouve dans le Central Park de New York depuis les années 1960, a été installée à la Havane.

Leal a poursuivi l'œuvre d'Emilio Roig de Leuchsenring. En 1967, il entreprend la restauration du Palais du Capitaine Général, autrefois épicentre de la domination espagnole sur l'île.

L'endroit a ensuite été rebaptisé Musée de la ville et Leal y a installé son siège, la Officina del Historiador, base du plan de restauration depuis 1981.

Les ouvriers présents regretteront sa promenade habituelle et ses conversations sur le chantier où il suivait les progrès des travaux de restauration qui, selon le personnel, sont particulièrement minutieux et exigeants.

"MAIRE" DE LA HAVANE

Leal a mené un long combat contre un cancer du pancréas, ce qui a limité sa présence fréquente dans les rues de la vieille Havane, où de nombreux Cubains l'appelaient maire.

Sa présence leur a également manqué lorsqu' il s'est agi de discuter de problèmes sociaux urgents tels que le logement, qui y sont exacerbés par l'extrême détérioration de nombreux bâtiments anciens et par la surpopulation. Leal ne s'est pas contenté de réhabiliter les musées, les places, les parcs, le Capitole, l'Avenida del Puerto, le Chinatown... mais il a également rendu de vieux immeubles résidentiels délabrés à nouveau habitables pour les anciens habitants.

Grâce à la coopération internationale, Leal a pu réaliser le financement de certaines travaux, comme le monumental monastère de San Francisco de Asís et l'école d'art de restauration "Gaspar Melchor de Jovellanos" a pu voir le jour.

En 1993, le gouvernement a donné au Bureau de l'Histoire des "pouvoirs exceptionnels" pour générer ses propres recettes et les utiliser pour financer le plan de relance, qui avait été interrompu par la période spéciale. Cela a donné un élan important au projet culturel et social dirigé par Leal dans la Vieille Havane.

Il a ainsi développé un réseau florissant d'hôtels, de boutiques, de musées et de restaurants appelé Habaguanex, dont les bénéfices contribuent au grand projet de restauration de Havana la Vieja.

Il s'est également distingué par sa défense active du patrimoine national immatériel : son argumentation passionnée contre la commercialisation de symboles patriotiques comme le drapeau, résonne encore dans la mémoire des Cubains. "Je ne suis pas d'accord que le drapeau cubain devienne un tablier", a-t-il déclaré en 2016.

Le travail et la persévérance d'Eusebio Leal ont permis d'internationaliser l'attrait de la Vieille Havane, aujourd'hui le quartier le plus visité de la capitale.

Né le 11 septembre 1942, il a étudié l'histoire à La Havane de 1974 à 1979. Grâce à une bourse, il a fait des études postdoctorales sur la restauration des centres historiques en Italie. Il a également été membre de l'Académie cubaine de linguistique, où il occupait la chaire "F". En plus de ses conférences de maîtrise, il a écrit des essais et des articles sur l'histoire de Cuba, les questions USA-Cuba, la restauration et la muséologie qui ont été publiés dans son pays et à l'étranger.

Jusqu'à la fin, Leal a été député à l'Assemblée nationale de Cuba, président de l'Union nationale des historiens de l'île, chef de la Commission des monuments de La Havane, membre de la Smithsonian society aux États-Unis et de l'Union des capitales d'Amérique latine.

De nombreuses distinctions nationales et internationales lui ont été attribuées :

Prix national des sciences sociales et humaines 2016, prix du Gran Teatro de La Habana Alicia Alonso, docteur honoris causa de l'Universidad Nacional Mayor de San Marcos, au Pérou, ainsi que le prix Henry Hope Reed, de l'Université Notre Dame, à Chicago.

Il a également été décoré de l'Ordre du Libérateur Simón Bolívar au Venezuela, de celui de Comendador dans l'Ordre d'Isabel la Católica en Espagne, de l'Ordre des Arts et Lettres en France, de chevalier de l'Ordre de Léopold II en Belgique (2016), ... et il a été le premier à recevoir le Prix national lifetime du patrimoine culturel cubain pour ses "mérites exceptionnels" et son "engagement exemplaire".


Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a décoré, Eusebio Leal de la médaille correspondant au grade de Chevalier de l'Ordre Léopold II. (2016)

El Diario
Cubadebate
Cubanismo.be