Qu’ont en commun ces trois hommes ? Aucun des trois ne dirige son pays en ce moment.

Que se passe-t-il en Bolivie ?

Après le coup d'État contre Evo Morales le 10 novembre 2019, la sénatrice d'extrême droite Jeanine Áñez, faisant fi de la Constitution, a pris le pouvoir. Elle avait officiellement jusqu'en février 2020 pour convoquer de nouvelles élections. À l'époque, nous avions déjà exprimé nos craintes d’une érosion des droits civils fondamentaux en Bolivie et souligné que rien ne garantissait que les nouvelles élections présidentielles, pourtant cruciales, seraient démocratiques et libres. Nos craintes étaient hélas fondées.

Parce qu'il veut s'assurer l'aide de médecins cubains dans la pandémie de corona, le maire de la deuxième ville colombienne, Medellín, Daniel Quintero, est devenu l'objet de la haine de la droite militante du pays.

Bolivie post-coup d’Etat…Nous vivons dans la douleur, l’incertitude, l’angoisse la peur, l’indignation… » Elle s’appelle Patricia Moldiz. Elle est Bolivienne, on l’aura compris. Elle continue, d’une voix altérée : « Depuis sept mois, nos proches n’ont pas pu obtenir le sauf-conduit qui leur permettrait de quitter l’ambassade où ils se sont réfugiés. » 

Un peu plus de six mois après le Coup d'Etat du 10/11 novembre 2019 en Bolivie contre le Président Evo Morales, actuellement réfugié en Argentine, ce dernier nous met en garde sur la situation désastreuse de son pays, soumis à un gouvernement de fait dirigé par la présidente autoproclamée Jeanine Anez qui non seulement réprime la population, provoquant des massacres, pourchassant et emprisonnant les dirigeants et militants politiques, mais détruit aussi de manière systématique le modèle social, économique et les avancées réalisées par le gouvernement renversé du MAS.

Le Venezuela a pris les premières mesures de quarantaine dès le 13 mars et a fini par fermer ses frontières dès le 16 mars. Le contexte politique et économique d’arrivée de la pandémie nécessitait des mesures fortes.

L'Équateur se fait parfois appeler « l'épicentre de la pandémie de coronavirus en Amérique latine ». Comment se fait-il que le coronavirus frappe si durement ce pays? Le système de santé est totalement submergé et menace d'imploser, en raison de l'augmentation du taux de mortalité et du nombre d'infections dans tout le pays. Mais où la politique du gouvernement du président Lenín Moreno a-t-elle échoué?

L’incursion frustrée d’un groupe de mercenaires essayant de débarquer sur la côte de Macuto, dans l’État de La Guaira, est la énième preuve que les États-Unis sont un « État voyou », c’est-à-dire un pays qui viole systématiquement le droit international et qui, ce faisant, met en danger la paix mondiale.

Au Venezuela, une tentative d'invasion a échoué. Des mercenaires se sont introduits sur le sol vénézuélien depuis la Colombie, dans le but de semer le chaos.

Pages